FABRICANT RADIATEUR DE REFROIDISSEMENT

Les actualités CATALDI sas

Evolution de la Certification EN15085

 

Une excellente façon de commencer 2022 !

 

Notre entreprise, déjà certifiée EN15085 (norme soudage des véhicules et composants ferroviaires), franchie un nouveau palier.

Nous sommes désormais officiellement certifiées sous la classe de performance CL2 CP C2.

 

Félicitation à notre équipe et à M. Moya José notre coordinateur de soudage !

 

Economie en Lot-et-Garonne : le Prix de la croissance décerné à Cataldi

 

Le spécialiste marmandais de l’échangeur thermique a reçu son trophée, lors de la soirée des Néo-Aquitains.
 

Stéphane Cataldi dirige depuis 2018 l’entreprise familiale fondée dans les années 80 par son père, soudeur de métier. Ce mardi soir, 9 novembre, ce spécialiste marmandais de l’échangeur thermique a reçu le Prix de la croissance des mains de François Gilles, directeur Réseau d’entreprises et banque privée à la Banque Populaire Occitane.

 

Car il y a quelques années, son père Mario - dont la mémoire a été saluée ce soir - a fait le pari gagnant de reprendre Hebco, fournisseur et partenaire de Cataldi sur le ferroviaire, alors en perte de vitesse. De 900 000 euros en 2015, le chiffre d’affaires de la filiale basée à Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher) devrait atteindre à la fin de l’année les 3 millions d’euros.

 

Cataldi, c’est aujourd’hui 34 salariés et un CA de 5,8 millions d’euros (-35 % en 2020 en raison de la pandémie Covid-19). L’entreprise doit s’adapter à un environnement économique bouleversé, mais « comme disait mon père, les opportunités se présentent dans les périodes de crise ».

 

Prix de l'économie en Lot-et-Garonne : Cataldi voit la crise Covid comme une opportunité

 

Le spécialiste marmandais de l’échangeur thermique veut profiter de la concentration du secteur et de la relocalisation d’une partie de la production vers l’Europe pour solidifier sa croissance.
 

« Avec la réparation qui revient au goût du jour et l’arrivée d’une nouvelle génération tournée vers la consommation de proximité, nous n’avons jamais autant été dans le vrai : on a un gros coup à jouer. » Stéphane Cataldi est à l’affût. Le président de l’entreprise marmandaise éponyme, spécialisée dans le négoce, la rénovation et la fabrication d’échangeurs thermiques, ne craint pas les 35 % de chute de son chiffre d’affaires en 2020 liés à la crise sanitaire. « Comme disait mon père, les opportunités se présentent dans les périodes de crise. »

 

Le père, c’est Mario, le fondateur de Cataldi en 1976, qui est alors un jeune homme de tout juste 18 ans. Un autodidacte rentré comme apprenti dans un atelier pour apprendre la soudure sur des radiateurs, qui reprendra et développera l’affaire jusqu’à sa mort en 2018, date à laquelle le fils, Stéphane, reprendra les rênes de cette « entreprise industrielle reconnue au niveau national ». Le tout grâce à l’intuition du fondateur, qui flairera le coup à jouer à la fin des années 1980 dans le secteur du ferroviaire.

Ferroviaire, automobile…

Cataldi s’appuie sur trois piliers d’activité : le négoce (50 % du chiffre d’affaires), où il fournit des carrosseries et joue le rôle d’équipementier pour Stellantis, Renault ou Nissan (un autre tournant pris au début des années 2000) ; la rénovation (30 à 40 %), pour l’agriculture, l’industrie et le ferroviaire avec la SNCF pour ses locomotives notamment ; la fabrication enfin (le reste du CA) pour les constructeurs de matériels ferroviaires roulants, comme Alstom et Stadler, via sa filiale Hebco Industrie rachetée en 2015.

 

Un pari osé, alors qu’Hebco, fournisseur et partenaire de Cataldi sur le ferroviaire, est en perdition. « Mon père cherchait à développer l’entreprise : c’était le choix qu’il fallait faire. » De 900 000 euros en 2015, le chiffre d’affaires de la société basée à Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher) devrait atteindre à la fin de l’année les 3 millions d’euros.

 

Cataldi doit désormais s’adapter à un environnement économique bouleversé par la crise sanitaire : c’est l’explosion des coûts d’affrètement des pièces depuis l’Asie (multipliés par cinq) et le renchérissement de l’aluminium (+ 30 %) ; c’est aussi l’arrivée de nouveaux entrants dont « il faudra être partenaire » sur le marché de la pièce de rechange ; c’est enfin la crise de l’énergie en Chine, qui fait revenir « des Européens […] vers nous car ils n’ont plus de capacité de produire là-bas. » Des défis qui n’impressionnent pas Stéphane Cataldi : « L’important pour un chef d’entreprise, c’est d’être à l’écoute. »

 

Fabrication produits 2021 - CATALDI / HEBCO Industrie

 

Plaque de refroidissement de composants électroniques par convection naturelle

 

Refroidisseur air/air. Objectif : refroidissement air d'un caisson fermé comprenant des composants électroniques

 

Plaque de refroidissement de composants électroniques par convection naturelle

 

Plaque de refroidissement par convection naturelle/forcée